logo puissance 2d

Acteurs
31/12/2017

Clap de fin pour Puissance2d

Cette édition du 31 décembre 2017 est la dernière pour Puissance2d. La dernière de l'année 2017, évidemment. Mais pas seulement. C'est la dernière tout court. Puissance2d a vécu. Puissance2d aurait mérité de continuer sa route. Faute de repreneur, l'aventure s'arrête...

Puissance2d s’arrête donc en ce 31 décembre 2017, en même temps que s’arrête son éditeur : la société Zedap Média, que j’ai fondée il y a bientôt sept ans.
Je me félicite que Puissance2d, parti de zéro, sur un concept innovant (journal numérique sur le thème du développement durable) ait suscité de l’intérêt au fil des années au point d’être suivi par une moyenne de 100.000 visiteurs par mois en 2017 avec un pic à 120.000).

Je considère que l’histoire se termine sur un succès éditorial, même s’il y avait encore d’autres perspectives et des marges de développement.

Je suis fier d’avoir pu contribuer à promouvoir et valoriser le développement durable, des initiatives et des projets d’entreprises, de collectivités, etc. C’était la ligne. Le réseau s’est constitué au fur et à mesure. Au point que la rédaction a été de plus en plus sollicitée pour diffuser nombre d’informations sur cette thématique, en plus de ses propres productions. Jusqu’à être parfois débordée.

Le fondateur de Puissance2d souhaitait aussi promouvoir une nouvelle approche de la société. C’était un appel au décloisonnement et à la transversalité. Ces termes sont aujourd’hui passés dans le vocabulaire presque courant de nombreux élu-e-s politiques. La notion d’écosystème est réhabilitée. Puissance2d a dû contribuer à l’évolution des mentalités, même s’il reste beaucoup à faire. Et même si les détracteurs sont en permanence à l’oeuvre, ou plutôt à la manoeuvre.

Les idées et les informations essentielles produites et diffusées par Puissance2d ont pu contribuer à valoriser certaines initiatives, à réveiller des modes de pensée autrefois jugées subversives mais qui ressortent tant du bon sens… A "changer de logiciel", comme l’on dit.
L’avancée reste marginale, à l’image de l’agriculture biologique. Mais elle est réelle.

Merci à ceux qui ont porté de l’intérêt et de la curiosité à Puissance2d, contribuant à sa viralité.
Il m’a semblé que la démarche a été source d’inspiration pour d’autres. C’est une classique règle du jeu.
En quelques années, les sujets de développement durable ont pris de la place dans de nombreux médias. Je le ressens comme une victoire du travail que j’ai entrepris, de mon audace. Même si l’initiative a été lancée dans une région qui n’était malheureusement pas la plus fertile ni la plus propice pour réussir.


Toutefois, j’ai eu la chance de rencontrer quelques personnes à l’intelligence supérieure, grâce auxquelles l’aventure a pu être améliorée et se prolonger. Le moment est ici venu de les saluer et de les remercier.

A commencer par deux contributeurs : Anne-Marie Jolly et Philippe Cornet.

Je dois souligner que le premier partenariat conclu avec la direction régionale d’EDF, n’en déplaise à d’aucuns, s’est avéré déterminant. Merci à Marc Brugière puis à son successeur Jean-Marc Combémorel pour leur compréhension et leur fidélité.

Le Département du Loiret, a su emboîter le pas au moment de son Agenda 21. Si d’autres collectivités avaient fait de même...
De mon point de vue, la Région Centre-Val de Loire aurait logiquement dû être aux premières loges, mais cela n’a pas été le cas.
Dommage aussi que les pôles de compétitivité n’aient pas compris l’intérêt d’un partenariat croisé.
Sauf, la Cosmetic Valley sur le tard. Ce fut un coup de pouce remarquable de la part du pôle de compétitivité qui sait promouvoir et récompenser l’éco-responsabilité de ses adhérents.
Enfin GRDF s’est décidé à apporter aussi un peu de son énergie.

Merci à ces partenaires sans qui l’aventure de Puissance2d aurait pris fin beaucoup plus tôt.
Merci aussi à ceux qui ont fait appel à mes services pour quelques prestations.

Parmi mes regrets : ne pas avoir pu embaucher un collaborateur qui aurait pu assurer la continuité. Il n’a sans doute pas manqué grand chose.
Ne pas avoir pu ou su convaincre suffisamment de personnes décisionnaires de l’intérêt de l’entreprise. Pas pu ou pas su trouver les relais et les soutiens nécessaires.

Merci aux lecteurs. Merci pour les retours et les encouragements, dont j’ai gardé une petite collection.
Il y avait encore beaucoup à faire et à améliorer. Mais je n’ai plus l’énergie suffisante. Et je n’ai pas vocation à faire du bénévolat indéfiniment, ni à rester sous assistance respiratoire.

Reste que le développement durable n’est pas une facétie, ni une utopie. C’est une nécessité. Qu’on se le dise.

Bonne année 2018 à tous, bon vent et bon climat...

Patrice Dézallé

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

UN EMPLOI ?

Suivez-nous