logo puissance 2d

Acteurs
25/05/2012

La construction paille consolide ses fondations en région Centre

Première région céréalière de France et d’Europe, la région Centre est une véritable opportunité pour les partisans des constructions qui intègrent la paille en tant qu’isolant. Elle se veut d’ailleurs la région pilote. Il existe déjà une centaine de projets aboutis ou en cours, et le conseil régional confirme, par la voix de ses vice-présidents, Marie-Madeleine Mialot et Gilles Deguet, sa volonté de soutenir la structuration de la filière. Le réseau s’emploie à réaliser cette structuration. Un site internet va être ouvert en juillet. Une bonne centaine de personnes son présentes ce vendredi 25 mai à la première journée des rencontres de la construction paille qui se tiennent à l'école d'ingénieurs Polytech Orléans.
Près de 8 millions de tonnes de céréales sont cultivées en région Centre par an. La paille représente environ 42% de ce volume, et l’on considère qu’il faut en moyenne environ 2 tonnes de paille pour contribuer à l’isolation d’une maison. Il y a donc de la ressource pour plusieurs centaines de constructions par an.

Les aides conditionnelles de la Région Centre font émerger des projets d’éco-construction

"Il y a un enjeu économique sur le territoire", met en avant Marie-Madeleine Mialot. "Il vous appartient de le développer et il nous appartient de vous aider". Désormais, les aides de la Région Centre aux entreprises artisanales sont conditionnées à des projets d’éco-construction. Du coup, "nous voyons arriver davantage de dossiers d’éco-construction", rapporte l’élue régionale, députée d’Eure-et-Loir. Et la Région soutient la structuration de la filière. Elle est pilote dans ce domaine.
Gilles Deguet rappelle pour sa part qu’un des enjeux majeurs c’est celui de la limitation des gaz à effet de serre, auquel concourent l’isolation des bâtiments et les économies d’énergie. Il attire l’attention sur le fait qu’il faut s’intéresser à l’énergie grise, c’est-à-dire à l’utilisation de matériaux dont la production a nécessité le moins d’énergie possible, et pas seulement au degré de performance énergétique d’un bâtiment. De plus, les maisons à base de paille sont des puits de carbone, et leur fin de vie ne pose pas de problème.
Les atouts ne manquent pas, et "la construction paille est une construction très technique, qui a bien sa place au 21e siècle, mais à condition qu’il y ait une approche filière", poursuit Gilles Deguet. D’autant qu’il peut y avoir d’énormes opportunités dans la rénovation.
 
La paille offre des performances supérieures aux normes de la RT 2020, assure Dashnor Hoxha,professeur des universités à Polytech Orléans, et directeur du projet de recherche PROMETHE. Avis corroboré par Luc Foissac, administrateur du Réseau français de la construction paille : "On sait faire du bâtiment passif avec de la paille, et on est déjà prêts pour la RT 2020".
 
 
 

Polytech : des formations et des laboratoires de recherche en phase avec le développement durable

La formation fait partie de la structuration de la filière. Et Christophe Léger, directeur de l’école d’ingénieurs Polytech Orléans, qui accueille la 14e édition des Rencontres de la construction paille du 25 au 27 mai, en profite pour attirer l’attention sur deux spécialités directement en relation avec le sujet.
Polytech Orléans propose une spécialité Génie civil, avec une option « construction durable », et une spécialité Intelligence du bâtiment, qui a ouvert à Châteauroux en septembre 2011.
Cette école d’ingénieurs d’Orléans est également impliquée dans trois laboratoires de recherche : le PRISME, le CRMD (matière divisée) et l’ISTO (Institut des sciences de la Terre), "qui conjuguent des compétences sur la caractérisation multi-échelles des matériaux naturels, et leurs comportements".
Il faut ajouter le rôle des collectivités comme la ville d’Orléans, qui encourage aussi l’éco-construction et l’utilisation de matériaux à énergie grise, explique Christophe Mannier, conseiller municipal. Par exemple, les combles de l’école Olympia Cormier ont été isolés avec du chanvre et de la laine de bois.
Le bâtiment PassiLab au lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye,est une véritable référence. Enfin, Orléans organise ses Journées du développement durable, du 1er au 5 juin.
 
De fait, "’On n’en est plus au stade expérimental ou embryonnaire", souligne Gilles Deguet. Une centaine de constructions, c’est déjà significatif. Des témoignages permettent de prendre conscience de la pertinence et de la performance des montages et des projets, diversifiés, tant pour des bâtiments publics, des logements sociaux, des projets destinés à recevoir du public, que pour des maisons de particuliers...
 
 

TEMOIGNAGES

Architecte et charpentier : une association gagnante
 
Corentin Desmichelle, architecte à Chartres, et Cyril Natali, charpentier à La Fontenelle (Loir-et-Cher), ont commencé un développer une complémentarité efficace depuis qu’ils ont réalisé leur première construction ensemble en 2008.
Ils sont associés sur un chantier qui se termine dans quelques semaines, celui de la mairie du Poislay (Loir-et-Cher), dont la toiture « froide » (horizontale) et les murs sont isolés avec de la paille. Ils présentent d’autres réalisations ou projets : un show room des énergies renouvelables, pour la SARL JPF ; un bâtiment de stockage pour un maraîcher en agriculture biologique à La Riche (Indre-et-Loire) ; un bâtiment pour un autre maraîcher bio, à Montlouis (Indre-et-Loire) ; et un projet de crèche « passive » pour la communauté de communes du Perche (Loir-et-Cher), dont les murs et la toiture seront isolés avec de la paille. »La paille commence à être demandée dans les marchés publics », ce qui est un atout.

Les murs-paille préfabriqués en atelier

Mais le témoignage est intéressant concernant l’organisation : les murs isolés en paille, généralement dans une ossature bois, sont préfabriqués chez Cyril Natali. Le gabarit permet de construire des murs jusqu’à 4m de hauteur. Il faut une bonne demi-heure pour réaliser 1 m² avec la paille compressée. Cette méthode permet de limiter les coûts tout en sécurisant la fabrication. Les fenêtres sont même montées aussi en atelier, « ce qui garantit une parfaite étanchéité à l’air », certifie Cyril Natali.
Le bottelage de la paille est effectué aussi chez le charpentier (environ 16.000 bottes par an) ainsi que le compressage des ballots. »on a beaucoup investi ; on peut envoyer des murs dans toute la France. Ce qui coûte le plus cher, c’est de charger et de décharger ». Un regret : c’est qu’ils ne puissent pas utiliser de bois français, mais du bois étuvé lamellé-collé provenant des pays nordiques.
 Des projets au bénéfice de l’insertion
Tahar Cheref, architecte de l’agence Movista, à Tours, et Vincent Lenoble, responsable technique de Castel-Renaudais-Insertion, une entreprise d’insertion de 35 salariés, apportent la démonstration qu’ "il est possible de construire des logements sociaux pour pas cher, et peu consommateurs en énergie".
Deux exemples : une construction réalisée à Château-Renault, après qu’ils ont remporté un appel à projets régional doté de 120.000 euros. Il a fallu trouver d’autres partenaires pour compléter le montage financier. Au final, l’habitation occupée par un salarié de l’entreprise d’insertion, a été rétrocédée gratuitement à la mairie qui prend en charge une grande partie des frais de fonctionnement.
D’autre part, une maison relais est en cours de construction à Vineuil (Loir-et-Cher) pour le compte de l’association In Medio afin d’héberger des jeunes en insertion. Les murs-paille seront réalisés selon la technique « canadienne » Greb, chère à Jean-Baptiste Thévard,
 

 

Le Réseau ouvre un site Internet en juillet

 
Originaire de Touraine, Philippe Liboureau (à gauche) est fondateur et directeur du Réseau français de la construction paille ; l’Orléanais Jean-Baptiste Thévard, qui a créé l’association Approche Paille, l’a rejoint comme vice-président, en vue de structurer la filière, avec Julie Walton, chargée de mission.
 
Julie Walton, chargée de mission pour le Réseau français de la construction paille, rappelle que la Région Centre est la région pilote. Un site Internet est en cours de préparation. Il doit être mis en service en juillet, et va être testé à l’échelle de la région Centre avant d’être dupliqué dans les autres régions françaises. 
L’association Alter Energies, de Joué-les-Tours, a mené une enquête auprès d’une soixantaine d’acteurs de la filière, notamment sur les modalités de contractualisation. Ce travail constitue les prémices de la structuration de la filière.
Patrice Dézallé.

Les Rencontres de la construction paille continuent samedi et dimanche : www.puissance2d.fr/Construction-paille-rencontres

 

Un démonstrateur de la construction paille en région Centre prévu à Graçay (Cher)

Le Centre des Grands Moulins, à Graçay, dans le Cher, a pour vocation la découverte et la valorisation du développement durable depuis son ouverture en 2006. 

"Après y avoir réalisé un espace pédagogique sur les énergies renouvelables, une maquette au dixième sur l’éco-construction, et une exposition interactive sur les énergies, il semble tout naturel, dans la mesure où il n’existe pas encore de projet similaire en cours, d’y mettre aussi en valeur la paille en tant que matériau associé à la construction et mieux faire connaître son intérêt", explique Guy Janvrot.

Cette mise en valeur va être proposée sous la forme d’un démonstrateur de la construction paille en région Centre, s’articulant autour de six modules successifs installés en série et couverts.

 

 

Une souscription lancée pour acheter la Maison Feuillette, à Montargis

La Maison Feuillette à Montargis, présentée comme "la plus ancienne maison en bottes de paille connue en Europe", est à vendre.

Le Réseau français de la construction paille fait tout son possible pour "mettre la main" d’une façon ou d’une autre sur cette construction emblématique bâtie en 1921, et estimée à environ 250.000 euros.

C’est pourquoi "une souscription mondiale" est lancée auprès du public pour permettre de la sauvegarder.

Sur les 1.500 m² de terrain, il est dans ce cas prévu de construire des bâtiments neufs isolés... avec de la paille, évidemment, évoque Philippe Liboureau, directeur du Réseau.

Avis aux amateurs.

Souscription possible sur le site www.maisonfeuillette.fr

 

 

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous